Le Gabon produit et exporte désormais son huile de palme

S’inscrivant dans le cadre de partenariats public-privé entre Olam et l’Etat gabonais, Olam Palm Gabon est un ensemble de 50’000 hectares de plantations de palmiers à huile dont la production et transformation se fait sur place à Kango, à 60 km du sud-est de Libreville (Estuaire), précisément à Awala. L’usine d’Awala dispose d’une capacité de production de 36,6 millions de tonne d’huile de palme par an et dispose d’une capacité de traitement de 45 tonnes de régimes de palme par heure.

Le site d’Awala qui est une concession de 20 030 hectares, dont 6 502 hectares de palmiers à huile est une œuvre agro-industrielle grâce à un partenariat public-privé entre l’Etat gabonais et Olam. Présent au Gabon depuis 1999, le groupe agro-industriel singapourien y est actif dans l’huile de palme, l’hévéa, l’engrais et dans le développement de la Zone Economique à Régime Privilégié de Nkok et compte 4 400 employés dans le pays.

Après sa récente certification à la norme RSPO (Roundtable on Sustainable Palm Oil), la plantation d’Awala vient de franchir un nouveau cap en livrant sa première production d’huile de palme et d’amande destinée à l’exportation. Olam Palm Gabon franchit là une nouvelle étape importante dans le développement de ses activités au Gabon.

Lancée au mois d’août 2015, l’usine de transformation d’huile de palme d’Olam à Awala vient de fournir sa première livraison. En effet, ce sont 300 tonnes d’huile de palme et 180 tonnes d’huile d’amande produites qui ont été officiellement exportées vers le Cameroun, le Nigeria et l’Espagne. Cette nouvelle étape est la matérialisation de la volonté des plus hautes autorités gabonaises de dynamiser le secteur agricole et d’en faire un secteur clé pour la diversification de son économie.

Avec cette première exportation, les autorités gabonaises visent à exporter près de 36 millions 575 mille tonnes d’huile brute vers les pays de la zone de la Communauté économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC), mais aussi vers d’autres marchés africains et internationaux. Un processus qui permet ainsi de consolider la stratégie de mise en place d’une filière agro-alimentaire gabonaise à vocation exportatrice, dont la politique et les fondements ont été posé depuis 2010 par le Président de la République, Chef de l’Etat.

Par ailleurs, les travaux de construction d’une seconde usine de transformation d’huile de palme, à Mouila, tirent vers leurs fins, avec une installation de 18 359 de palmiers à huile.

A ce rythme, le Gabon, qui a connu pour la première fois de son histoire une grande vague d’investissement agricole et agro-industriel entre 2009 et 2016, entend prendre le lead sur la production et l’exportation d’huile de palme, car selon Ali BONGO ONDIMBA, le pays devrait devenir le premier producteur d’huile de palme sur le continent africain d’ici 2018 et cette ambition est partagée et  accompagnée par un des spécialistes du domaine, le groupe singapourien Olam. Ce investissement massif positionne le Gabon comme un champion africain pour ces cultures.