MERIDIAM, le FGIS, la SEEG et l’Etat Gabonais s’engagent pour la centrale hydroélectrique de Kinguélé-Aval

Afin de répondre à ses besoins énergétiques à l’horizon 2025 – 2030, le Gabon aura besoin de produire 1200 Mégawatts d’énergie. Afin de couvrir ses besoins par une offre compétitive, durable et créatrice d’emplois, plusieurs projets de construction de barrage hydroélectriques ont prévu d’être construits avec des opérateurs privés dans la période 2017-2020.

À l’occasion de l’Africa CEO Forum de Genève, la République Gabonaise, la société française MERIDIAM, leader mondial de l’investissement privé de long terme dans les infrastructures publiques, la SEEG, fournisseur plublic d’eau et d’électricité au Gabon et le FGIS, vecteur de mobilisation de ressources et acteur majeur de la stratégie de diversification de l’économie gabonaise, ont signé un protocole d’accord pour le financement, la conception, la construction et l’exploitation de la centrale hydroélectrique de Kinguélé Ava.

Située dans la Province de l’Estuaire, sur la rivière Mbéi, en aval des ouvrages de production existants de Kinguélé et de Tchimbélé, cette centrale hydroélectrique qui pourrait produire entre 30 et 60 Mégawatts constitue un nouveau pas en avant dans l’action du Gouvernement de la République visant à porter les capacités de production d’énergie électrique du Gabon à 1200 Mégawatts à l’horizon 2020.

A travers ce protocole d’accord, le gouvernement affirme sa volonté d’installer les infrastructures de production d’énergie nécessaires à soutenir le renforcement du tissu économique et industriel et de répondre à la demande des entreprises et des ménages à un coût compétitif. Il témoigne également de la volonté du gouvernement de rehausser de 80% la part de l’hydroélectricité dans le mix énergétique du pays.